1mecano moteur à ressort3Pour commencer mon propos, je rappellerai que l’électricité est venue progressivement à l’homme. Sans revenir au temps de la lampe à huile, de nombreuses machines marchaient grâce à l’énergie des ressorts avant que l’homme opte pour l’électricité. Ce fut le cas pour les chaînes HIFI qui remplacèrent les «gramophones» à pavillon et les montres électroniques qui remplacèrent les

2gramophone N3

3montre mécanique

Une montre a besoin d’énergie; dans une montre électronique, l’énergie est donnée par la pile, dans une montre mécanique, cette énergie est fournie par un ressort.  Lorsqu’une personne  remonte sa montre, il arme un ressort en forme de spirale destiné à emmagasiner de l’énergie pour qu’elle puisse donner l’heure pendant 24 heures au minimum. Ce ressort se situe dans une sorte de cage appelée barillet, solidaire d’une roue dentée (appelée tambour de barillet). En se désarmant, le ressort fait tourner le tambour de barillet; la vitesse de rotation est régulée par le balancier. La rotation du tambour de barillet permet la rotation de l’ensemble des rouages. Ces rouages permette d’obtenir un rapport de réduction important de près de 4000 (le tambour de barillet tourne 4000 fois moins vite que le pignon d’échappement) et de transmettre l’énergie du ressort à l’échappement constitué de la roue d’échappement et de l’ancre. Détail des éléments qui composent l'échappement (technologie de la fin du XIXème et du début du XXème siècle), de l’époque des gramophones.Fonctionnement de l'échappement à ancre suisse durant une alternance Le mouvement de l'échappement se décompose en trois phases (voir au dessus)

4Mouvement_echappement

5Balancier

Les fabricants comme les détracteurs des éoliennes industrielles que l’on voit actuellement un peu partout disent: «Et quand il n’y a plus de vent, il n’y a plus d’électricité!». Ils ont raison et c’est un problème, il parait qu’il est impossible de stocker l’énergie… Ayant eu beaucoup de mes parents dans l’horlogerie et ayant pu vérifier par moi-même la véracité de la chose : lorsque je remontais ma montre, elle était capable de donner l’heure pendant au moins 24 heures. Ce prodige, somme toute banal provient de l’énergie stockée dans le ressort de la montre. Donc il est possible théoriquement de stocker de l’énergie dans de la matière.

5EchappementPourquoi a-t-on perdu un tel savoir : mystère et boule de gomme? Toujours est-il qu’aujourd’hui des savants dument patentés nous disent péremptoirement que c’est absolument impossible de stocker de l’énergie. D’un seul homme, tous les chercheurs de notre époque ont évacué de leur mémoire l’état de la technologie du siècle passé. Vers 1995, je me suis intéressé au problème du stockage de l’énergie. Dans ma famille, il y a eu des horlogers avec même leur boutique et leur atelier de réparation, c’est dire que j’ai été sensibilisé très jeune à cette problématique, mais sans entrer dans le détail.du fonctionnement des montres et autres pendules.

5voiture à ressort

Dans le cas où on produirait de l’énergie avec un ressort, évidemment la taille de celui-ci serait beaucoup plus grande, peut-être 200 kilos: c’est de la sidérurgie et un savoir faire! Sans entrer dans les détails, j’ai aussi imaginé un système équilibré, puisque le ressort possède deux bouts, un côté se chargeant d’emmagasiner toute l’énergie possible des courants d’air et l’autre côté se chargeant de restituer à une vitesse constante l’énergie stockée. Fini le jouet, c’est à un système industriel qu’il faut réfléchir, donc voir grand et gros sans tomber dans un gigantisme excessif. Ainsi, le courant électrique produit devra être stable et régulé en aval pour obtenir le 220 volts alternatif qu’ERDF envoie chez les particuliers. Une production d’énergie locale et de relativement petite dimension sera sans doute plus appropriée, pour éviter, premièrement des grosses usines loin du consommateur final et deuxièmement, les pertes en ligne associées au transport de l’électricité sur de longues distances.

6tuture à ressortSelon la densité de la population et les choix d’implantation des Eorloges (en haut d’une montagne, d’un immeuble, d’un terril ou de  courants d’air connus) il sera possible de savoir approximativement de combien d’énergie on disposera. Bien sûr, la météo aura une grande importance : s’il n’y a pas de vent pendant 10 jours, on risque d’en manquer. C’est pour cela qu’il nous faut apprendre à être économe. Dans la société d’abondance que l’on a connue chez nous jusqu’à présent, il n’y avait pas de problèmes. Le discours de la puissance nous incite maintenant à être économe pour l’eau, l’énergie, les emballages, enfin à être écolo sans le dire. Pour les particuliers, cela va de soi, car, à la fin du mois, c’est lui qui paie ses factures. On est en droit d’attendre de ce même particulier qu’il fasse pareil pour la collectivité (communes, administration ou dans son entreprise privée), non pas pour faire plaisir à son supérieur hiérarchique, mais pour diminuer le gâchis patent dans notre société.

8NUCLEOL11Pour en revenir au sujet de cet article et plus qu’un long discours, regardez les schémas que j’ai imaginé, sur la machinerie, l’encaissonnement de celle-ci, l’adjonction d’une girouette qui fera que les moindres courants d’air seront capturés, la disposition de plusieurs de ces machineries pour qu’elles ne prennent pas trop la pluie et que l’ensemble représente quand même une puissance conséquente. Bien sûr, la fabrication proposée peut et doit être remise en cause. Déjà on peut emmagasiner de l’eau dans les barrages de montagne ou utiliser la force des cours d’eau avec les barrages hydroélectriques ou au fil de l’eau, mais dans ce domaine, il n’y a presque plus rien à faire. En ce qui concerne l’utilisation potentielle autre de l’énergie éolienne, d’autres solutions de stockage peuvent potentiellement exister…

9NUCLEOL13Pour ce qui me concerne, c’est dans un ressort à spirale ; je demanderai à l’école d’horlogerie de Besançon ce qu’ils en pensent, ça devrait être de leur ressort, si je puis dire! Y a-t’il un défaut dans le raisonnement de base : j’ai essayé, avec mes seuls talents de dessinateur d’imaginer l’impensable.

9NUCLEOL14

Pourtant des réalisations existent déjà sauf qu’elles restent à l’état de jouet, des modèles réduits que les constructeurs de voitures (PSA ou Renault) n’ont sans doute pas vu, pas sérieux : où est donc le géant capable de remonter la clef pour faire avancer l’objet ? Le saut technologique aurait dû se faire au XIXeme siècle. Au lieu de cela, le moteur à explosion est arrivé avec les puits de pétrole associés.

     Il n’est pas trop tard pour revenir un peu en arrière, histoire de se souvenir d’un «Pas si loin passé». A l’heure où on se rend compte que l’écologie est importante, peu de gens se rendent compte que l’on façonne notre pensée, moulée selon un modèle unique. N’oublions pas notre passé, on en aura peut-être besoin bientôt à moins que l’amnésie totale frappe l’humanité. Echelle de la machinerie par rapport à un homme, ce n’est pas du gigantisme absolu, mais quand-même il faut faire attention à la puissance des ressorts qui pourraient tuer un homme s’ils n’étaient pas tenus correctement en place.